24 Août 2019

Le collège Émilie du Châtelet, un collège rural 2.0

L’intérêt de l’utilisation pédagogique du numérique a très vite été perçu au collège de Vaubecourt.

Le collège dispose d’une salle informatique depuis de nombreuses années. Conscient de son rôle de service publique de proximité, l’établissement a ouvert ses portes pour permettre à d’autres utilisateurs de profiter de son matériel et des compétences des enseignants dans le domaine de l’informatique. C’est dans ce cadre que M Farinet a animé des ateliers informatiques à destination des séniors du secteur.

Dès le début des années 2010, deux tableaux interactifs ont été installés dans les salles de mathématiques, antithèses du tableau noir de Prévert, ces outils ont radicalement changé les cours mathématiques. Bien plus qu’un vidéo projecteur, les TBI permettent aux enseignants comme aux élèves d’utiliser les outils numériques directement au tableau : bilan d’exercices, projection et réalisation de constructions animées. L’entrée du numérique dans les classes a permis de faire traiter de nouvelles situations problèmes. En effet, les élèves peuvent désormais traiter des problèmes plus proches de la réalité. Ainsi, les élèves peuvent travailler sur des données statistiques fournies par Météo-France ou le ministère des armées par exemple. Ils peuvent également traiter des situations présentées en vidéo ou réaliser eux-mêmes des problèmes complexes en vidéos annotées.

Très vite d’autres systèmes de projection interactifs ont été installés dans l’ensemble des salles et une dotation en tablettes est arrivée ce qui a permis à l’ensemble des disciplines d’intégrer les outils numériques dans les salles de classe.

 

« L’anglais est une langue vivante, les cours doivent l’être aussi », c’est à partir de cette maxime que Mme Hasa intègre au quotidien les outils à sa disposition dans ses séances avec les élèves. L’utilisation des ressources numériques diversifiées permet une ouverture directe sur le monde. Le cours est ainsi systématiquement numérisé. L’utilisation du TBI  permet d’intégrer des vidéos, de l’image et du son et d’exposer au maximum les élèves à une langue authentique avec des enregistrements réalisés par des anglophones natifs. Il permet de rendre l’élève actif et acteur de son apprentissage, d’utiliser le visuel pour favoriser sa mémorisation, de varier les ressources et de travailler en interactivité les 5 compétences langagières. Grâce à la dotation en tablettes iPads de l’établissement, l’enseignante peut utiliser tous les atouts du elearning : exercices interactifs en ligne, utilisation des dictionnaires vocaux, visionnage des vidéos authentiques (exemple : une journée d’école des collégiens au USA), communication via Skype, les applications sont infinies en langue vivante. Avec le numérique, le collège n’est pas isolé, il est au cœur du monde.

 

Le numérique permet également de faire tomber les murs. En sciences, en mathématiques, en langues vivantes et d’autres disciplines, les enseignants utilisent l’Espace Numérique de Travail pour permettre aux élèves d’utiliser des supports de cours enrichis. Les enseignants utilisent des capsules vidéo et des animations pour permettre aux adolescents de mieux comprendre les leçons. Avec la classe inversée, les jeunes peuvent ainsi réviser une notion vue auparavant ou de découvrir du vocabulaire afin d’arriver en classe avec en tête tous les points essentiels à leur réussite. Les outils numériques permettent de différencier les apprentissages et ainsi d’être au plus près des besoins des jeunes apprenants.

En sciences, l’utilisation des outils numériques est au cœur de la démarche d’investigation. Les tablettes tactiles peuvent se transformer en véritables laboratoires portatifs. M Serrier, professeur de SVT, peut ainsi simuler et mesurer un séisme, explorer l’anatomie humaine en 3D, mesurer la luminosité d’un environnement en quelques secondes et bien d’autres choses encore.  Le numérique permet de modéliser des phénomènes parfois difficiles à mettre en évidence avec le matériel à disposition dans l’établissement. Il peut par exemple utiliser les lames d’observations numérisées afin de compléter la collection physiquement présente au collège.

 

S’il est une discipline pour laquelle le numérique est essentiel, c’est bien la technologie. Pas une séance sans utilisation des outils binaires. Comme les mathématiques, la technologie doit permettre aux élèves de comprendre les bases de la programmation informatique. C’est pour cela que M Farinet apprend aux adolescents à programme de petits robots depuis une tablette ou un ordinateur.  Dans le cadre de la liaison école-collège, il a mis à disposition de Mme Mulem (poste liaison école-collège) les robots présents au collège pour qu’elle puisse faire des séances d’anglais stimulantes dans les écoles du secteur. Le collège est au plus prêt des dernières technologies, à partir de maquettes, les élèves apprennent à télécommander un portail: à l’ordinateur, avec Appinventor (logiciel en ligne) ils réalisent l’interface graphique à afficher sur leur Smartphone et le mini programme pour commander l’interface de la maquette, à l’ordinateur, ils réalisent le programme à téléverser dans l’interface de commande de la maquette puis avec leur smartphone, ils flashent le qr code généré par app inventor pour installer leur application sur leur téléphone, ils appairent le module Bluetooth de la maquette avec leur téléphone et une fois la liaison établie, ils peuvent piloter la maquette (ouvrir, fermer, stopper) depuis leur Smartphone. Une démonstration de cette technologie sera faite lors des festivités des 60 ans du collège.

Une autre discipline profite de l’arrivée des nouvelles technologies au service de l’enseignement. Mme Jacquemet ne pourrait plus se passer des outils numériques en arts-plastiques. Grâce aux tablettes en particulier, les supports de création se sont multipliés. Avec les smartphones et les ipads, la réalisation d’animations, de photos et de vidéos est devenue un jeu d’enfants. La technologie n’est plus une barrière mais au contraire une chance. L’enseignante a, par exemple, fait travailler ses élèves de 6ème sur les portraits en s’appuyant sur des œuvres de Cristian Boltanski (« Les enfants de Dijon », 1986) et Nam June Paik (« Olympe de Gouges », 1989). Les élèves ont utilisé l’appareil photo et l’écran des machines pour réaliser des portraits décomposés-recomposés exprimant la peur.

Pour développer les usages pédagogiques, l’établissement peut s’appuyer sur deux formateurs de la DANE (Délégation Académique au Numérique Éducatif) présents dans l’établissement, M Farinet et M Parisot, soutenus par M Furmaniak, principal de l’établissement et référent numérique du bassin pour les chefs d’établissements.

Grâce au numérique, les enseignants du collège de Vaubecourt font rimer ruralité avec collège connecté